Légumes :
Sandy Laurore

Installée depuis maintenant 2 ans en conversion vers l'agriculture biologique, et nouvellement arrivée près de Brioude, Sandy nous propose ses légumes livrés dans des paniers de 8, 13 et 18 €, toutes les semaines depuis début Avril 2013.

En bref...

Sandy Laurore
18 route de Clermont-Ferrand
(Largelier) 43100 COHADE
06.62.45.02.38
sandylaurore@orange.fr

Mode de fonctionnement avec l'AMAP de Bien-Assis

  • Distribution 1 fois par semaine
  • Engagement sur 10 mois, de sept à sept - possibilité d'arriver en cours d'année ou de rompre le contrat avant terme
  • Paiement par 10 chèques (8 chèques en 2016) chacun débité en début de mois
  • Téléchargez son contrat et apportez le lors d'une permanence
  • Consulter sa liste de prix

L'interview de Sandy en 2013 (alors qu'elle était installée aux Pradeaux)...

Raconte nous un peu ton parcours, qu’est ce qui t’a amenée à ce projet ?
Après une formation dans la mode, impossible de trouver des débouchés dans ce domaine ! Par défaut j’ai donc trouvé un poste en usine… jusqu’à ce que mon compagnon me souffle l’idée d’un projet de maraîchage. Idée folle… mais qui m’attirait !


Effectivement un peu folle… mais tu l’as poursuivie!
Oui, en fait l’idée de continuer à vivre à la campagne tout en faisant un métier que j’aimais m’a tout de suite plu. Je me suis donc inscrite en Bac agricole à Brioude en 2008, pour une formation avec option maraîchage bio. Ajoutez à cela une expérience de 4 ans qui m’a été offerte par les Jardin d’Ys… et me voilà prête à me lancer !

Pourquoi les Pradeaux ?
C’est tout simplement le village de famille de mon compagnon, où nous vivions et où nous avions des opportunités de terre à récupérer en fermage. D’ailleurs une partie de mon exploitation actuelle correspond à ce qui était anciennement mon potager !

Pourquoi avoir choisi le bio ?
C’est un mode de culture qui demande du courage, par la manualité qu’il implique. Mais ça correspond à mes valeurs, et puis c’est peut être plus adapté à une personne seule. Seul inconvénient : on passe son temps à désherber à la main!




Parle-nous un peu de ton exploitation…
J’ai 1,4 hectares que je cultive seule (si, si !), grâce à des terres que j’ai obtenues gratuitement, et que j’exploite en fermage. Les Pradeaux est un village où bon nombre d’agriculteurs sont sur le point de partir à la retraite, lesquels ont envie d’aider une jeune comme moi à m’installer. Fait pas banal : je croule même sous l’offre de nouvelles terres ! Constituée de 30% d’argile et de 70% de limon, la terre est riche et bonne, les terrains sont plats... Que demander de plus ?

Que conseillerais-tu à un jeune qui aimerait se lancer ?
Il faut une solide formation, pour connaître les techniques, notamment pour le bio. Tout ce que j’applique, je l’ai appris «texto» chez Jardin d’Ys ! Cela a été une excellente école pour moi. Ensuite, il faut aimer aussi la gestion et l’administratif : depuis 6 mois où je me suis lancée, j’ai passé énormément de temps pour monter les dossiers d’aide de l’Etat et autres programmes de financement.

Quel est ton engagement bio ?
Traiter mes légumes avec des produits naturels : savon noir, extrait de chrysanthème… qui respectent l’environnement. Et bien sûr limiter la mécanisation, même si j’ai mon tracteur Ford qui m‘aide précieusement !
Il faut aussi savoir que dans le label AB il y a une tolérance de 0.9% d’OGM. De mon côté j’ai fait le choix d’en mettre 0% !

N’as-tu pas peur en tant que femme ?
Non ! Mon tracteur m’aide beaucoup, mon compagnon également le dimanche quand il ne travaille pas. Et puis si j’ai une question technique je peux aussi appeler Mehdi, le technicien bio de Auvergne Bio qui me renseigne à distance, avec photos à l’appui !

Quels débouchés pour la suite..?
Je compte beaucoup sur l’AMAP de Bien Assis pour attirer de nouveaux adhérents et écouler mes produits. J’ai aussi démarré mes présences au marché. Et en 2016, en plus de diversifier mes activités avec la production d'oeufs, je commence la livraison de paniers à domicile autour de chez moi.